Policultures
TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS
Dans les événements catalans, tout ce qu’on a entendu jusqu’à maintenant de la France est le soutien sans nuance à Mariano Rajoy de son Président et de sa ministre des affaires européennes. Dès dimanche soir, devant les scènes de violence policière qui avaient pour seul objet d’empêcher des citoyens de s’exprimer, des réactions nombreuses sont venues de divers responsables européens. En France, seuls les Verts ont eu sur la situation catalane une analyse digne de la situation. Le Président de la (...)
Montessori est à la mode. La méthode d’enseignement conçue il y a un siècle par l’Italienne Maria Montessori séduit des parents qui ne font pas confiance à l’école traditionnelle. Des écoles s’ouvrent, et le sujet flotte dans l’air comme une musique tendance. Pourquoi ce phénomène, aujourd’hui ? Le film d’Alexandre Mourot, qui sort le 27 septembre sur les écrans français, Le maître est l’enfant, apporte une partie de la réponse. Alexandre Mourot s’est placé au niveau où la méthode se comprend le mieux : il a (...)


Le CIPAC regroupe la plupart des institutions qui œuvrent à la diffusion de l’art contemporain. Il vient de tenir ses Assises, à Paris, le 9 octobre. Il a saisi cette opportunité, notamment par la voix de sa présidente Catherine Texier, pour exprimer ses inquiétudes et ses insatisfactions. Le premier sujet qui fâche, c’est le budget. Rien de bien nouveau de ce côté, pourtant : les arts plastiques ont toujours eu, dans le budget du ministère de la culture, une part modeste. Celui de 2018 ne fait donc que s’inscrire dans les habitudes, mais le CIPAC continue d’affirmer sa revendication d’une politique nouvelle, ce que Catherine Texier appelle « la fin d’une sous-dotation ». D’autant que les dispositions du gouvernement à l’égard des collectivités territoriales, cruciales dans le financement des structures d’art contemporain, annoncent des perspectives peu favorables. Le CIPAC constate que, déjà, comme (...)


Le budget de la culture pour 2018, tel qu’il a été approuvé mercredi 27 septembre par le Conseil des ministres, est globalement stable par rapport à celui de 1917. Ce qui signifie qu’il n’est ni privilégié ni sacrifié. La culture n’est pas une priorité, elle prend sagement sa place dans l’activité gouvernementale, sans élan particulier, sans ambition notable. La part du budget du ministère consacrée à la culture proprement dite (ce que dans le jargon administratif on appelle depuis plusieurs années « la mission culture ») est annoncée à un total de 2932 millions d’euros contre 2900 en 2017, la « mission » médias, livre et industries culturelles à 569 millions contre 567. Au sein de la mission culture, les postes ne bougent qu’à la marge, aussi bien pour le patrimoine que pour la création. On a du mal à voir, dans cette architecture, le budget « de transformation » figurant dans l’énoncé de la présentation du (...)
Jean-Michel Le Boulanger, Eloge de la culture en temps de crise, Rennes, Editions Apogée, 2017, 85 pages, 10 Euros. Artistes censurés, destructions d’œuvres d’art, baisse des budgets publics consacrés à la culture, montée en puissance des populismes, retour d’un discours identitaire fondé sur un (...)