Policultures
TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS
Dans un numéro récent de Libération, une centaine d’artistes, parmi lesquels de très éminents ( les frères Dardenne, Pascal Dusapin, Amos Gitaï) ont signé un « appel contre le FN ». Ils expriment leur inquiétude devant la perspective de l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen et de son pouvoir, dans des termes qui dans l’ensemble sonnent juste. On y lit aussi cette affirmation devenue banale selon laquelle la subversion est une « éminente fonction de l’art ». Bravo ! Soyons subversifs. Autrement dit, (...)
Ah, je n’en peux plus d’écouter la classe parlante, qui me donne de l’urticaire, me fait hurler tout seul en sautant sur place, et me fait vouloir étrangler mon chien… La classe médiatico-blabla, d’où déferle l’ultra-conformisme : vérités révélées, objurgations puritaines… Ainsi vous le disent ces nouveau curés : vous êtes racistes, repli frileux, populistes ! Tenez, un exemple parmi d’autres, je lis dans la pub d’un festival littéraire : « à l’heure du réflexe identitaire, de la tentation du repli sur soi, de (...)


2016 a été une excellente année pour le cinéma français, s’est réjouie Frédérique Bredin, présidente du CNC, en présentant le bilan de l’année à quelques jours de l’ouverture du Festival de Cannes. Les performances : 213 millions d’entrées dans les salles, soit « une année historique pour la fréquentation », et 283 films produits. Frédérique Bredin souligne aussi les effets bénéfiques du crédit d’impôt encourageant les relocalisations en France des tournages. « La France, se réjouit-elle, est devenue un des pays les plus attractifs d’Europe ». La relocalisation concerne des films français. Mais le mécanisme a aussi attiré les tournages étrangers, entraînant, outre les effets économiques directs, des retombées sur l’activité touristique. 213 millions d’entrées : c’est la meilleure année depuis 2011, et cela représente une augmentation de 3,8% sur les 205 millions de 2014. La France reste de loin le pays de l’Union (...)


A quatre jours du deuxième tour de l’élection présidentielle, le discours est à peu près unanime : il aura été peu question de culture dans la campagne. Seuls deux candidats, BenoÎt Hamon et Jean-Luc Mélenchon, avaient fait l’effort de faire réfléchir leurs équipes sur un projet culturel, et meetings et débats n’ont dans l’ensemble parlé de culture que comme d’un sujet qu’il faut cocher sur une case : ne pas oublier d’en dire quelques mots. Ce n’est pas que les syndicats professionnels n’aient pas fait leur travail : ils sont venus avec leur lot habituel de revendications catégorielles, mais il faut dire qu’elles sont, pour le moment, tombées dans un grand trou d’indifférence. Pourtant, une mobilisation d’artistes et de professionnels de la culture s’est opérée entre les deux tours. Elle avait un objet central : appeler à voter contre le FN. Au nom de la défense de l’art et de la liberté de création, mais (...)
Michel Simonot, La langue retournée de la culture, Excès, 2017, 106 pages, 10 Euros. En une trentaine d’années, le langage mobilisé pour qualifier les mondes de la culture a été radicalement modifié : des mots changent de sens ; certains disparaissent ; d’autres émergent et s’imposent, traduisant (...)