Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

Liberté de la presse : un combat d’hier, et d’aujourd’hui

PAR Philippe Poirrier
jeudi 5 avril 2018

Edwy Plenel, La Valeur de l’information, Paris, Don Quichotte, 2018. 256 pages. 18 Euros.

Jean-Yves Mollier, L’âge d’or de la corruption parlementaire, 1930-1980, Paris, Perrin, 2018, 352 pages. 24 Euros.

La liberté de la presse demeure un combat toujours renouvelé, au sein même des démocraties libérales. A l’occasion des dix ans de Mediapart, Edwy Plenel souligne la nécessité de défendre la valeur de l’information. Mediapart est présenté comme une forme de résistance citoyenne « à la régression qui donne la main aux plus forts et aux plus riches, c’est-à-dire aux États qui surveillent et aux financiers qui spéculent ».

Le regard dans le rétroviseur est riche d’enseignements. Jean-Yves Mollier, spécialiste reconnu de l’histoire de l’édition et de la presse, propose dans son dernier livre une enquête passionnante, à partir des enjeux de la diffusion de la presse au lendemain de la Seconde guerre mondiale. La bataille pour empêcher la nationalisation des messageries de la presse, pièce maîtresse du « trust Hachette », mobilise de nombreux acteurs. La librairie Hachette, soutenue par les banques d’affaires, et au prix d’un travail de lobbying auprès de certains parlementaires (notamment Jacques Chaban-Delmas et François Mitterrand), parvient à faire oublier son attitude pendant l’Occupation. En 1949, dans un contexte de guerre froide, les idéaux de la Résistance et la volonté de doter le pays d’institutions qui garantiraient la liberté des citoyens sont oubliés. Cette intrication étroite entre le monde politique, celui des affaires et celui de la presse suscite des formes diverses de corruption parlementaire. Hachette, qui put s’appuyer sur le contrôle des messageries pour conforter sa puissance financière, sut construire un véritable empire de presse dont le groupe Filipacchi-médias sera l’héritier à la fin du XXe siècle. La démonstration s’appuie sur des sources nombreuses et variées, encore peu exploitées jusqu’alors. Un livre percutant qui vient opportunément compléter d’autres livres de l’auteur : Édition, Presse et Pouvoir en France au XXe siècle (Fayard, 2008) et Hachette, le géant aux ailes brisées (L’Atelier, 2015).

Philippe Poirrier