Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

PRIORITES

PAR Philippe Pujas
mercredi 11 avril 2018

On a beau tourner la question dans tous les sens, on revient au chiffre décisif : pour l’extension des horaires des bibliothèques publiques, priorité du Président de la République, le ministère de la culture dégage huit millions d’euros. Huit millions qu’on ne peut s’empêcher de mettre en face d’un autre chiffre, celui qui recense le nombre de points de lecture publique en France : 16 000. Il ne reste donc qu’à faire confiance aux villes et aux départements, les premiers concernés, pour faire l’effort que l’Etat les encourage à faire. Ou alors, comme l’a souhaité la ministre de la culture lors de la Journée des bibliothèques, le 9 avril, à mettre la disette en commun. Comme Erik Orsenna en avait fait la suggestion dans son rapport fin février, Françoise Nyssen est favorable à la mutualisation de services. Il s’agit, dit-elle, de faire des bibliothèques « des maisons de services publics culturels ». Elles pourraient engager un « rapprochement » avec des bureaux de poste, des espaces numériques, des mairies. Elle a demandé au ministère de la cohésion des territoires « d’étudier systématiquement la possibilité d’implanter ses nouvelles Maisons de service au public dans les bibliothèques des communes concernées ».

Ce sont sans doute de bonnes idées, dans la mesure, notamment, où elles font de la bibliothèque un lieu majeur de la vie d’une commune. Comme sont de bonnes idées celles que la ministre a aussi évoquées, au-delà de l’élargissement des horaires d’ouverture, comme l’apprentissage du français par les étrangers primo-arrivants et plus généralement une présence militante dans le combat contre toutes les formes d’exclusion. Tout cela, hélas, ressort plus, pour l’heure, du ministère de la parole que du ministère de l’action. Il est vrai que l’engagement de l’Etat dans les priorités affichées de sa politique culturelle en dit long sur la place de la culture dans ses priorités.

Philippe Pujas