Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

LE FORFAIT

PAR Philippe Pujas
samedi 11 mai 2019

32 voix pour, 5 contre, 10 abstentions : c’est par ce score consternant que l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi sur Notre-Dame de Paris, qui donne carte blanche au gouvernement pour s’affranchir de toutes les règles en vigueur en matière d’urbanisme, de patrimoine ou de marchés publics. Une assemblée incapable de défendre le pouvoir législatif, conduite par quelques godillots légers, a accompli ce forfait. Même si le Sénat dit son désaccord, le texte sera approuvé par l’Assemblée nationale en seconde lecture. Et une porte à double-battant est ouverte pour que le Pouvoir exerce son arbitraire bon plaisir.

Le ministre de la culture, dans un discours aussi embarrassé que maladroit, a essayé de défendre l’indéfendable. Nous respecterons les grands principes, dit-il. Alors, pourquoi une loi d’exception qui autorise à ne pas les respecter ? Nous ne nous précipiterons pas, assure-t-il. Alors, pourquoi chercher à gagner du temps en balayant toute règle ? En réalité, il est si mal à l’aise que, contre toute évidence, il assure que « il va de soi que les assouplissements aux législations en vigueur seront strictement proportionnés aux besoins du chantier ». Assouplissement, quand le projet est d’ignorer ces législations ? Et le plus beau : « Ces règles s’appliqueront. J’en suis le garant ». Vu le rythme auquel les ministres se succèdent rue de Valois, cette garantie-là ne paraît pas très solide. Les règles existantes sont justement là pour se garantir des aléas politiques et de l’arbitraire. Des fonctionnaires du ministère, courageusement, ont pris la défense de l’arsenal législatif qui protège la ville et le patrimoine. Le ministre restera celui qui assume de l’enterrer. Il portera cet acte comme un boulet, pour la plus grande gloire d’un Président de la République dont la tête semble tourner à l’idée de jouer avec la cathédrale de Paris.

Philippe Pujas