Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

LES FORMES DE LA CENSURE

PAR Philippe Poirrier
lundi 8 mars 2021

Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier ! La censure d’hier à aujourd’hui, Joinville-le-Pont, Double ponctuation, coll. « Point d’exclamation », 2020, 171 pages, 14 Euros.

Historien reconnu de l’histoire du livre et de l’édition, Jean-Yves Mollier a croisé les phénomènes de censure dans plusieurs de ses travaux. En 2014, son livre La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au XXe siècle soulignait l’influence majeure de la censure catholique en France, et la volonté de contrôler les lectures des fidèles. Dans ce nouvel essai, qui se lit d’une traite, l’auteur montre, avec conviction, que les grandes formes de la censure sont constantes dans le temps, presque intemporelles. Elles changent certes de visage mais guère d’idées, de craintes ou de fantasmes. Les matrices morales, religieuses, politiques, économiques se retrouvent dans de nombreuses sociétés, d’hier et d’aujourd’hui, en Europe et ailleurs. Jean-Yves Mollier note que si un cycle libéral s’ouvre quelque part dans les années 1960, celui-ci se ferme au milieu des années 1980. Entre ces deux dates, la libéralisation de l’expression accompagne d’autres desserrements de la contrainte, dans les domaines des mœurs notamment. L’essai confirme que nous ne sommes plus, actuellement, dans un trend libéral. L’un des grands mérites de l’ouvrage est de pointer les censures liées aux logiques marchandes, trop souvent oubliées. La concentration des médias, des maisons d’édition, des outils de production de l’imaginaire, le poids des GAFA suscitent des censures économiques qui caractérisent le XXe siècle, et ce début du siècle actuel. L’historien endosse ici le costume de véritable lanceur d’alerte : la présence des livres et l’indépendance des éditeurs sont des conditions indispensables à la liberté de penser et à la vie démocratique.

Philippe Poirrier