Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

LARGE FRONT

PAR Philippe Pujas
lundi 4 janvier 2010

L’année qui commence sera cruciale pour les politiques culturelles, tant les chantiers ouverts sont importants et portent en puissance des bouleversements dont on ne sait où ils conduisent. Les seules certitudes, aujourd’hui, ce sont

= la transformation des structures du ministère de la culture conjuguées avec la réduction des effectifs, qui a conduit à la fin de l’année dernière à des mouvements sociaux soldés pour l’instant par un échec, les revendications mettant en cause un élément central de la politique gouvernementale

= les mutations profondes qui attendent les collectivités territoriales, acteurs plus importants que l’État, ces dernières années, dans le financement public de la culture

= la large mobilisation des "acteurs culturels" contre la politique gouvernementale.

On connaissait le premier risque : l’affaiblissement de l’intervention de l’État qui, pour des raisons à la fois financières et idéologiques, avait déserté une part essentielle de son action ; citons l’ abandon à peu près total des politiques d’éducation artistique et de développement culturel, la logique de marché imposée aux grandes institutions publiques, l’obsession de se défausser sur les collectivités territoriales. Mais voilà que survient le deuxième risque : après que l’État ait abandonné l’essentiel du terrain aux collectivités territoriales, la crainte qu’expriment élus, syndicats professionnels, associations, acteurs divers est que les réformes affectant les collectivités territoriales ne mettent celles-ci dans l’impossibilité d’assumer leur part du développement culturel.

Excès d’inquiétude d’un milieu pris dans ses routines, risque réel ? L’avenir le dira, mais l’unanimité qui s’exprime est malgré tout impressionnante, et mérite pour le moins l’attention.

Philippe PUJAS